Prendre le meilleur des droits des femmes dans l'UE et l'appliquer à tou-te-s les citoyen-ne-s européen-ne-s


Le principe de « Clause de l’européenne la plus favorisée » a été initié par l’association « Choisir la cause des femmes », sur une idée de Gisèle Halimi, à partir de 2005.

 

Il consiste, après une analyse comparée des droits des femmes en vigueur dans les Etats membres de l’Union Européenne, à appliquer à tou-te-s les citoyen-ne-s européen-ne-s, un ensemble législatif fondé sur les lois les plus favorables aux femmes et existant dans des pays de l’UE.


Cartographie des législations les plus avancées en matière de droits des femmes selon l'étude de Choisir-la cause des femmes, en mai 2008

 (©Philippe Rekacewic pour Le Monde Diplomatique)

Avec l'aimable autorisation de l'auteur


Gisèle Halimi, initiatrice de la Clause de l'Européenne la plus favorisée

Biographie de Gisèle Halimi 

Gisèle Halimi est à l'origine du projet de Clause de l'Européenne la plus favorisée. La célèbre avocate des droits femmes a fondé en 1971 l'association Choisir la Cause des femmes avec Simone de Beauvoir à l'occasion du procès de Bobigny. C'est au sein de cette association et en lien avec elle, que nous avons porté le projet de Clause de l'Européenne la plus favorisée à laquelle yeswomen.eu est consacrée.

 

Avocate irrespectueuse

Diplômée de Droit et de Philosophie, Gisèle HALIMI s’inscrit au Barreau de Tunis en 1949. Elle y défend les syndicalistes et les indépendantistes tunisien-ne-s. En 1956, elle s’inscrit au Barreau de Paris et sera l’un des principaux-ales avocat-e-s du F.L.N. algérien. Elle devient l’avocate de personnalités telles que Jean-Paul SARTRE, Simone de BEAUVOIR, Françoise SAGAN, Henri CARTIER-BRESSON, MATTA, Marwan BARGHOUTI, etc.. En 1971, elle fonde avec Simone de BEAUVOIR et Jean ROSTAND (de l’Académie Française) - le mouvement féministe CHOISIR, dont Jacques MONOD, Prix Nobel, sera, jusqu’à sa mort, l’un des co-présidents. Lors du procès de BOBIGNY, point fort de la campagne contre la loi répressive de l’avortement et pour la contraception libre Gisèle Halimi est l'avocate de Marie-Claire Chevalier. Par la suite, CHOISIR s’illustrera dans les luttes contre le viol, pour l’égalité professionnelle des femmes, pour une participation équitable des femmes dans la vie publique par la parité et pour la clause de l'Européenne la plus favorisée.

 

L'expérience de députée : Une embellie perdue !

En juin 1981, Gisèle HALIMI est élue députée à l’Assemblée Nationale, comme Présidente de CHOISIR (apparentée P.S). Elle intervient notamment pour l’abolition de la peine de mort, contre la prolifération des centrales nucléaires, contre les "mères porteuses" et dépose une dizaine de propositions de loi en faveur des femmes (congé parental, quota électoral, dépénalisation de l'homosexualité, remboursement de l’IVG...).

 

Grand témoin de son temps

En avril 1985, elle est nommée Ambassadrice-Déléguée permanente de la France auprès de l’UNESCO. En 1989, elle sera nommée Conseiller spécial de la Délégation Française à l’Assemblée Générale de l’ONU, à New-York. Gisèle HALIMI a suivi - comme observatrice judiciaire internationale - de nombreux procès politiques (en Espagne, au Maroc, en Grèce...). Elle a présidé la Commission d’enquête du Tribunal Russel sur les crimes de guerre américains au Viêt-nam (1967). Rapporteure de la Commission pour la parité entre les femmes et les hommes dans la vie politique, au sein de l’Observatoire de la Parité, mis en place par décret du 18 octobre 1995, et dont la mission est de déterminer les causes de l’exclusion des femmes en politique elle fait, toujours avec Choisir, des propositions pour y remédier. Ce rapport a été remis au Premier Ministre le 15 janvier 1997. Gisèle Halimi est nommée Chevalier de la Légion d’Honneur pour sa présidence à la tête d’un mouvement féministe (CHOISIR) et ses activités professionnelles et sociales (décembre 1997) puis Officier de la Légion d’Honneur (avril 2006). Elle a reçu la Médaille du Barreau de Paris pour son cinquantenaire professionnel (avril 2003). Elle a reçu le 13 avril 2010 des mains d'Axel Kahn, Président de l'Université Paris-Decartes, les insignes de Commandeur de l'Ordre national du mérite.

 

Gisèle Halimi est l'auteure d'une oeuvre autobiographique, romanesque et militante. 

Avec Choisir  

La Clause de l'Européenne la plus favorisée Préface de Gisèle Halimi, « Le meilleur de l'Europe pour les femmes », Paris, éditions des femmes - Antoinette Fouque, 2008, ouvrage collectif coordonné par Violaine Lucas

Avortement, une loi en ProcèsPréface de Simone de Beauvoir, Paris, Gallimard, coll. « Idées », 1973, 2006 - Réédition 

Femmes : moitié de la terre, moitié du pouvoirParis, Gallimard, 1994

Quel Président pour les femmes ?Paris, Gallimard, coll. « Idées », 1981

Choisir de donner la viePrécédé de « La liberté des libertés » par Gisèle HalimiParis, Gallimard, coll. « Idées », 1979

Viol, le procès d’Aix-en-provencePréface de Gisèle Halimi, « Le crime »Paris, Gallimard, coll. « Idées », 1978

Le Programme commun des femmesPrésentation par Gisèle HalimiParis, Grasset, 1978

 

Bibliographie personnelle de Gisèle Halimi 

Ne vous résignez jamaisParis, Plon, 2009, avec la collaboration de Maria Cornaz Bassoli

L’Étrange Monsieur KParis, Plon, 2004

Avocate irrespectueuseParis, Plon, 2002 ; coll. « Pocket », 2003

FritnaParis, Plon, 1999 ; coll. « Pocket », 2001

Le Lait de l’orangerParis, Gallimard, coll. Blanche, 1998 ; coll. « Folio », 1990 ; coll. « Pocket », 2001

La Nouvelle Cause des femmesParis, Seuil, 1997

Une embellie perdueParis, Gallimard, 1995

La Cause des femmesParis, Grasset, 1974 ; Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1992

Djamila BoupachaPréface de Simone de BeauvoirParis, Gallimard, 1962, 1978, 1991 et 2003